Livre d'or

2 message(s) dans le livre d'or

HASCOËT Roger (site web) Le 04/11/2016

Bonjour, j’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre livre « brèves de cimetière et pompes funèbres » . Durant une vingtaine d’années j’ai tenu une entreprise de pompes funèbres dans le Finistère. Certaines anecdotes que vous relatées je les ai également vécues. Et ce que je retiens le plus durant ma carrière c’est que la majorité des gens refuse inconsciemment la mort. En effet même ceux qui affirment que “la mort est quelque chose de naturel” acceptent difficilement l’idée que tout va prendre fin avec leur mort. Voici ce qu’on peut lire dans Le journal de la médecine légale (angl.): “Les psychiatres s’accordent généralement à reconnaître que l’homme nie inconsciemment la mort, même quand elle paraît imminente.” Avant son exécution un jeune athée, par exemple, a déclaré que, du point de vue rationnel, sa mort ne serait “rien d’autre que la fin définitive d’une vie qui avait été brève mais très intense”. Mais il a reconnu combien il lui était difficile, sinon impossible, d’admettre que tout allait glisser dans le néant. Dans votre livre plusieurs anecdotes sont liées à la vie dans le cercueil : poste radio, GPS , tenue d’hivers ou tenue d’été, lampe torche…objets qu’il faut laisser dans le cercueil pour que le défunt puisse l’utiliser. Le constat est claire, les hommes ont du mal à accepter l’idée que tout prend fin avec la mort qu’ils s’efforcent partout de perpétuer le souvenir des défunts et de les mettre en terre avec des cérémonies. Voici ce qu’on peut lire dans le livre Coutumes funéraires universelles (angl.):
“Il n’est pas de peuple, si primitif ou si civilisé soit-il, qui, si on le laisse faire et selon les moyens dont il dispose, n’ensevelisse pas ses morts avec des cérémonies. De tout temps l’inhumation a été liée à un culte. Cette coutume est si universelle qu’il semble légitime d’en conclure qu’elle a sa source dans la nature humaine. Elle est ‘naturelle’, normale, raisonnable. Elle répond à un besoin inné et commun. On considère comme ‘juste’ le fait d’ensevelir les morts avec des cérémonies, et l’on regarde comme ‘injuste’, comme une omission coupable dont il faut s’excuser ou avoir honte, le fait de ne pas les inhumer, surtout lorsqu’il s’agit de ceux à qui nous étions attachés par des liens familiaux, par certains sentiments, par la vie en commun, par des expériences vécues ensemble ou par d’autres liens.”
Ainsi, il n’y a que l’homme qui ait la notion des “temps indéfinis”, qui soit capable de réfléchir sur son passé et d’élaborer des plans pour l’avenir.
Bien cordialement

CERTAIN SYLVAIN (site web) Le 11/06/2013

Bonjour Véronique,

Je me permet de vous solliciter car je suis un jeune réalisateur et je suis aux balbutiements d'un scénario de fiction qui traite du deuil et de l'absence chez les personnes âgées.
Après avoir lu quelques "Brèves de cimetière" , je me suis demandé si cela vous intéresserait de co-écrire ce film avec moi, désireux d'en faire une œuvre à part traitant d'un sujet lourd sur un ton léger.

Je suis à votre disposition si vous voulez qu'on se rencontre,et bravo encore pour votre livre.

Artistiquement, Sylvain Certain.

Écrire un message sur le livre d'or

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×